FAUT-IL ADOPTER LE TRAVAIL NOMADE ? COMMENT ET POURQUOI DES ENTREPRISES S’Y METTENT ?

 

Publié par oriane le

travail d'équipe en desk sharing

Dans le milieu professionnel, il est important de prendre en compte la notion du coût et de la rentabilité. Mais, en tant que responsables des ressources humaines, vous devez également vous inscrire dans une démarche de responsabilité sociale. C’est en cela que le travail nomade peut intervenir.

 

Flex office ou travail en remote, voici de nouvelles méthodes de travail qui semblent répondre à de nombreux besoins. Comment les mettre en place ? Avec quels risques ? Et quels avantages ? Dans cet article, Kidd’izy vous dévoile tout sur le fonctionnement du travail nomade.

 

Depuis plusieurs années déjà, le phénomène d’urbanisation ne cesse d’accroître les prix de l’immobilier dans les villes dynamiques. De plus en plus de français décident de vivre en ville plutôt qu’à la campagne. Mais, les grands espaces urbains sont aussi très prisés des entreprises. À Paris, on en compte déjà plus de 800 000 en 2019. Ce nombre est en perpétuelle augmentation sans pour autant que les espaces de travail n’augmentent. Cette pression se retrouve dans l’évolution des loyers. C’est pourquoi, en seulement une année le prix des loyers a augmenté de 6,2 %. Le prix au m2 est alors en moyenne de 464 €, pouvant aller jusqu’à 1000€.  

 

Le travail nomade : optimisation de l’espace et économies à réaliser

 

Face à cette pression des loyers, de nombreuses entreprises françaises ont misé sur le travail nomade. En effet, ce dernier permet de répondre à un besoin d’optimisation de l’espace. En Ile-de-France notamment, les postes de travail ne sont occupés que 50 à 60% du temps en moyenne sur l’année rappelle Cécilia Durieu, directrice associée du cabinet de conseil Greenworking. Le flex office ou desk sharing, cette manière de supprimer les bureaux attitrés au profit de grands espaces de travail collaboratif, est d’autant plus utile que l’occupation des locaux fixes est faible.

 

De nombreux salariés font le choix de télétravailler dans les villes où le temps de trajets peut s’avérer compliqué. En effet, les grèves, les manifestations ou la durée du trajet, sont des contraintes qui font perdre du temps à vos employés. Résultats ? Des chaises vides et des locaux financés sans être rentabilisés. Le travail nomade permet justement de mieux répondre aux besoins des employés et de réduire les coûts fixes de l’entreprise.

 

Une nouvelle organisation du travail pour BNP Paribas

 

En 2016, BNP Paribas s’est lancé dans l’aventure du flex office après avoir remarqué qu’en moyenne, sur deux semaines, moins de la moitié de ses salariés étaient présents à leur bureau. Conséquences ? À pas loin de 1000 euros le m2, taxé, chargé, à Levallois, selon Dominique Losay, responsable des environnements de travail et du flex office chez BNP PF, « cela fai[sait] chère la place inoccupée ».

 

Le changement ne s’est pas opéré immédiatement. Il a d’abord fallu repenser les espaces de travail, en passant de 350 bureaux attribués à seulement 15. Mais également modifier les outils mis à disposition des employés pour garantir la flexibilité du travailleur nomade. 80% des ordinateurs fixes ont été remplacés par 95% de portables. Et tous les téléphones fixes ont été supprimés au profit de 2500 smartphones.

 

Les espaces de travail sont flexibles avec des coins détente, des bureaux partagés, des bulles de confidentialité… Dorénavant, le salarié à la possibilité de changer de cadre de travail au fil de la journée selon ses envies. Il peut donc se rendre dans les locaux de la banque ou décider de télétravailler.

 

À travers la mise en place du travail nomade, l’entreprise favorise aussi la tendance du paperless. En effet, le document papier laisse place au numérique, accessible à tout moment grâce à des outils collaboratifs digitaux. 320 tonnes de papiers ont été détruites et 4 millions de pages numérisées. Une belle image pour une entreprise et de nombreuses économies réalisées.

 

 

travail en flex office sur ordinateur portable

 

Buffer : une startup 100% remote…

 

D’autres entreprises ont même décidé de complètement fermer leurs bureaux. C’est le cas de Buffer, une application qui permet de gérer ses différents comptes sur les réseaux sociaux à partir d’une seule plateforme.

 

Avec ses plus de 70 collaborateurs répartis dans 16 pays, la startup a fait le pari de n’avoir aucun bureau fixe. Les employés communiquent à distance à travers des outils digitaux tels que Slack, Trello, Skype… Des réunions d’équipe en conférence téléphonique sont régulièrement faites afin de suivre les projets. Elles permettent aussi des moments de travail collectif. En effet, créer du lien social même à distance entre les membres de l’équipe est primordial. Cela donne le sentiment d’appartenir à une même entreprise et apporte de la solidarité entre les salariés.

 

Enfin, Buffer accorde un budget mensuel à tous ses employés pour qu’ils aient la possibilité de travailler en coworking : une manière d’éviter l’isolement.

 

Très rapidement, Buffer a trouvé son équilibre dans cette organisation du travail. Outre les économies réalisées, ne pas avoir de locaux fixes permet de recruter des talents dans le monde entier. Le choix des candidats est plus large et donc la possibilité de recruter des talents plus importante. La startup peut d’ailleurs adapter les salaires de ses employés en fonction du niveau de vie de leur lieu d’habitation.

 

… qui vise le bien-être de ses salariés

 

D’une manière générale, le travail nomade ne répond pas qu’à la question de l’épargne en entreprise.  Aujourd’hui, les entreprises sont, et seront davantage à l’avenir, confrontées aux nouvelles attentes des salariés.

Ces derniers, notamment les plus jeunes, sont à la recherche d’un travail qui leur permet de se réaliser pleinement. Ils souhaitent s’épanouir en conciliant vie professionnelle et vie privée. C’est pourquoi, le télétravail/ travail en remote permet justement d’optimiser son temps, de travailler efficacement sans renoncer à ses envies.

 

Selon une étude de OnePoll, 65 % des Français pensent qu’offrir la possibilité de travailler à distance est important pour l’avenir commercial de leur entreprise. Dans le cas de Buffer, par exemple, ¼ des employés n’ont pas d’adresse fixe. Ils choisissent leur cadre de travail au gré de leurs voyages, sans que ces derniers ne compromettent leur vie professionnelle.

Digital nomad travaille à distance

Maintenir le lien entre les salariés

 

Avec le télétravail, qu’il soit partiel ou à plein temps, les salariés sont autonomes et responsables. Toutefois, il est indispensable que chacun soit au courant du travail des autres. Tous les salariés sont interconnectés et l’un ne peut totalement avancer dans ses tâches sans ses collaborateurs.

 

Vous pouvez instaurer certaines règles afin de vous assurer du bon fonctionnement de l’équipe. Par exemple, les feuilles de route ou les rapports d’activité écrits sont des moyens astucieux et bienveillants pour constater l’avancée des projets. Pour avoir plus d’échanges avec vos salariés, vous pouvez aussi effectuer des entretiens téléphoniques individuels régulièrement.

 

Le travail à distance ne signifie pas que vous, acteurs des ressources humaines, devez laisser vos employés en totale autonomie. Donner le sentiment que vous êtes présents et disponibles pour eux est essentiel. En effet, le télétravail ne doit pas, à long terme, être source de désengagement de la part du salarié envers son entreprise.

 

Adapter le travail nomade aux besoins de son entreprise

 

Il n’est d’ailleurs pas nécessaire de convertir son entreprise en 100% flexible pour en obtenir les avantages. Mettre en place le flex office et proposer le télétravail ne serait-ce que quelques jours par semaine est déjà prendre en compte les attentes de ses collaborateurs et se soucier de leur bien-être.

 

Analysez le nombre d’absentéisme dans votre entreprise. Est-ce que vos salariés sont régulièrement en déplacement ? Préfèrent-ils travailler chez eux ou dans des espaces de coworking ? Avez-vous les outils nécessaires pour instaurer le travail nomade ? De nombreuses questions sont à se poser avant de mettre en place une nouvelle organisation du travail.

 

Discuter avec vos équipes, sondez vos employés et soyez à l’écoute de leurs besoins. Plus vous développerez une marque employeur soucieuse du bien-être de vos salariés et plus vous donnerez envie aux candidats de postuler dans votre entreprise.  

 

Kidd’izy Entreprises vous accompagne dans votre politique QVT, orientée autour de la santé et du bien-être, grâce à notre réseau de spécialistes. Conférences, ateliers, consultations sur site, formations vidéos accessibles 24/24h, prise en charge flexible… contactez-nous pour en savoir plus en cliquant sur le lien suivant :

Je demande une information

 

 

Source :

http://www.wk-rh.fr/actualites/detail/98023/bnp-entre-dans-le-poste-modernisme.html target= »_blank »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *